: Les Fleurs du Mal, pomes choisis et traduits par Zoubairi Ranya



10/03/2009, 08:31 PM
Les Fleurs du Mal Charles Baudelaire Traduttore, Traditore disent les Italiens ; traduire cest trahir ! Mais puisque cette excessive opinion, il a bien fallu quon nous la traduise en franais pour que nous en comprenions le sens, traduire cest aussi partager. Ainsi dit, le gni passe dune langue une autre : dlicate manuvre qui comporte de beaux exemples de russites : Charles Baudelaire a bien tendu la main Edgar Allan Poe. Dans ce qui suit nous lui renvoyons lascenseur ! Traduire cest trahir, cela va de soit. Seulement il nous faut maintenant que nous le savons, dpasser ce simple constat pour une traduction crative . Car selon moi, le traducteur est crateur, aussi traitre quil puisse tre ! Mon dfi sera toutefois de passer au lecteur arabophone la mme motion que le lecteur a lors de sa lecture du texte initial. Ma traduction sera donc une traduction des sentiments, des sensations et des motions. Il sagira donc pour nous dans ce qui suit de : Tenter de comprendre comment, tout en sachant quon ne dit jamais la mme chose, on peut dire presque la mme chose. Umberto Eco, Dire presque la mme chose I. Prsentation des Fleurs du Mal
1. Charles Baudelaire

Dans lhistoire de la littrature franaise, Charles Baudelaire est la croise des chemins. Bien que lon retrouve dans son inspiration potique de nombreux traits du romantisme, il se rallie la raction parnassienne initie par Thophile Gautier qui proclame le culte de lart pour lart. Mais surtout, il annonce par sa thorie des correspondances la doctrine symboliste qui triomphera la fin du sicle. Il laissera toutefois limage du pote solitaire et incompris, soucieux de crer sa propre voie. Premier de cette ligne que Verlaine baptisera les potes maudits
.


2.
Les Fleurs du Mal


Des potes illustres staient partag depuis longtemps les provinces les plus fleuries du domaine potique. Il ma paru plaisant, et dautant plus difficile, dextraire la beaut du Mal. Ce livre, essentiellement inutile et absolument innocent, na pas t fait dans un autre but que de me divertir et dexercer mon got passionn de lobstacle. Projet de prface aux Fleurs du Mal

Les Fleurs du Mal ne sont pas une simple addition de pomes qui auraient pris place dans le recueil au fur et mesure de leur composition. Ils ne sont pas non plus un simple agencement de mots. Il est entre lauteur et son uvre un rapport intime et profond. Il crira Ancelle, le 28 fvrier 1866 : Faut-il vous dire vous qui ne lavez pas plus devin que les autres que dans ce livre atroce, jai mis tout mon cur, toute ma tendresse, toute ma religion (travestie), toute ma haine? Il est vrai que jcrirai le contraire, que je jurerai mes grands dieux que cest un livre dart pur, de singerie, de jonglerie; et je mentirai comme un arracheur de dents.

II. Les Fleurs du Mal, 1. Le titre

Baudelaire a affirm plusieurs reprises que les Fleurs du Mal sont
[U]Correspondances


La Nature est un temple o de vivants piliers
Laissent parfois sortir de confuses paroles;
Lhomme y passe travers des forts de symboles
Qui lobservent avec des regards familiers
.
Comme de longs chos qui de loin se confondent
Dans une tnbreuse et profonde unit,
Vaste comme la nuit et comme la clart,
Les parfums, les couleurs et les sons se rpondent.

Il est des parfums frais comme des chairs denfants,
Doux comme les hautbois, verts comme les prairies, -
Et dautres, corrompus, riches et triomphants
.
Ayant lexpansion des choses infinies,
Comme lambre, le musc, le benjoin et lencens,
Qui chantent les transports de lesprit et des sens.




ӡ
ҡ
.


ޡ

ѡ


ѡ
ɡ ɡ

ɡ
ѡ ѡ
.

3-Femmes damnes, Delphine et Hippolyte

A la ple clart des lampes languissantes,
Sur de profonds coussins tout imprgns d'odeur
Hippolyte rvait aux caresses puissantes
Qui levaient le rideau de sa jeune candeur.
Elle cherchait, d'un il troubl par la tempte,
De sa navet le ciel dj lointain,
Ainsi qu'un voyageur qui retourne la tte
Vers les horizons bleus dpasss le matin.

De ses yeux amortis les paresseuses larmes,
L'air bris, la stupeur, la morne volupt,
Ses bras vaincus, jets comme de vaines armes,
Tout servait, tout parait sa fragile beaut.



ɡ
ɡ
.
.
ǡ

.


ɡ ǡ

.


De profundis clamavi

J'implore ta piti, Toi, l'unique que j'aime,
Du fond du gouffre obscur o mon cur est tomb.
C'est un univers morne l'horizon plomb,
O nagent dans la nuit l'horreur et le blasphme;

Un soleil sans chaleur plane au-dessus six mois,
Et les six autres mois la nuit couvre la terre;
C'est un pays plus nu que la terre polaire;
- Ni btes, ni ruisseaux, ni verdure, ni bois.

Or il n'est pas d'horreur au monde qui surpasse
La froide cruaut de ce soleil de glace
Et cette immense nuit semblable au vieux Chaos
;
Je jalouse le sort des plus vils animaux
Qui peuvent se plonger dans un sommeil stupide,
Tant l'cheveau du temps lentement se dvide!



!
.
,
:

,
;
.
, , .



;


,
![/align]


[/COLOR]
Conclusion [LEFT]Il ne faut pas sarrter chaque mot, demander la traduction ce quelle ne pourra jamais acqurir: dire la mme chose! Il faut aller vers une traduction plus crative, une traduction du sentiment, de la sensation et de lobjet culturel dans sa globalit!
Nb. Je ddie cette modeste tude mon grand professeur, au regrett Mustapha El Kasri dont la traduction des Fleurs du Mal ma beaucoup aid et inspir, malgr quelques diffrences dopinions, toujours enrichissantes et notre grand auteur et professeur monsieur Abdel Hamid Al Gharbaoui !

10/03/2009, 08:34 PM
Veuillez m'excuser pour quelques tourderies dues quelques problmes dordre technique; la ponctuation notamment, la disposition arabe du forum nest pas vidente pour une ponctuation franaise correcte, hlas ! Toutefois, bonne lecture et vos remarques, neutres et enrichissantes, seront les bienvenues !

16/03/2009, 05:04 PM
Bonjour (Mme, Melle) Rania
Cela ma fait plaisir de lire vos traductions et de dcouvrir dans ce forum une personne qui matrise la langue franaise. Jai cependant quelques petites remarques vous faire dans le but et lespoir denrichir nos expriences et de partager nos connaissances. Jai en effet remarqu que dans ce forum il y a une absence dinteraction entre les responsables et les membres; due probablement au manque de temps, alors essayons quelle soit au moins entre membres. Je vous invite par loccasion lire mes traductions et me faire part de votre avis et de vos remarques, je vous en serais reconnaissante.

Revenons mes remarques :

1/Vous avez traduit le verbe se rpondre dans (Les parfums, les couleurs et les sons se rpondent) par le verbe arabe .
Vous lavez certainement confondu avec le verbe se rpandre
Le verbe se rpondre dans Le Grand Robert de la Langue Franaise : dictionnaire alphabtique et analogique de la langue franaise/ Paul robert. Deuxime dition entirement revue et enrichie par Alain Rey. Paris : dictionnaires le Robert, 1996. Tomme VIII Raiso Sub)
signifie :

Se rpondre (v. pron.)
*1. (Rfl.) Se faire une rponse orale. Non seulement elle parlait seule, mais aussi elle se rpondait (Diseur, cit. 4)

*2. (Rcipr.) Faire entendre un bruit semblable alternativement. Instruments qui se rpondent lorchestre (Dialogue, dialoguer). Les rossignols se rpondaient de lun lautre (Promrnade, cit.1). Les sonneries de langlus (cit.2) se rpondant de paroisse en paroisse
Par mtaphore : Quimporte de quoi parlent les lvres, lorsquon coute les curs se rpondre ? A. DE Musset, la confession dun enfant du sicle, III, VI.

*3. (Rcipr. ; sujet n.de chose). Correspondre. Être dans un rapport de symtrie. Les deux ailes du btiment se rpondent. Spcialt. Correspondre dun rgne lautre. Correspondance.
Comme de longs chos qui de loin se confondent
Dans une tnbreuse et profonde unit,
Vaste comme la nuit et comme la clart,
Les parfums, les couleurs et les sons se rpondent.
Baudelaire, Les fleurs du mal, spleen et idal , Iv

*4. (1580, Montaigne). Vx. (Rfl.). Être assur, se faire fort de. Se rpondre de qqch., de faire quelque chose.
Et sur des bruits si favorables
Je me rpondais de laimer.
Corneille, Agsilas, I, 3.

Je vous invite donc revoir la traduction de ce verbe en arabe.

2/ Dans la langue arabe, la virgule ne remplace pas la conjonction. Il vaudrait mieux dire par exemple :

3/ Pour ce passage

ɡ ǡ

.
Je vous propose ce qui suit :


ɡ

.


.

.
.

: ɡ . .

17/03/2009, 06:52 PM
merci Ranya pour ce magnifique sujet



peut on traduire

les fleurs du mal par


18/03/2009, 11:29 PM
Merci madame Arij pour votre passage et pour les questions que vous avez releves !

Nous sommes l comme vous lavez si bien dit pour dbattre et apprendre les uns des autres ! Et jaccepte toutes les critiques bienveillantes et franches ! Et je mexcuse pour cette erreur involontaire : (se rpondre/ se rpandre) dont je saisis bien videmment la diffrence ! :D
Une erreur dinattention et je vous remercie de lavoir souleve !
Pour ce qui est du passage dont vous avez repris la traduction, lide que vous proposez me semble correcte ! Et je ne vous contredirez pas l-dessus ! Je dirai, toutefois, que la traduction reste une lecture et une interprtation personnelle de luvre ! Ce ft dailleurs le pari que je me suis lanc en voulant traduire Les Fleurs du Mal, traduire mes sensations leur lecture avec le plus de fidlit possible ! Bien que lon ne puisse jamais atteindre cette vision utopique de la traduction qui voudrait que lon dise la mme chose ! Je ne prtends pas faire la traduction des Fleurs du Mal ! Ce serait prtentieux ! Cest un essai de traduction que jessaye encore de parfaire !
Toutefois, je vous remercie pour votre passage, et je lirai avec un immense plaisir vos traductions !

A trs bientt,
Cordialement,
ZOUBAIRI Ranya

18/03/2009, 11:33 PM
Merci vous monsieur Gordo, pour votre passage qui mhonore au plus haut degr !
Vous relevez l une question qui me tient cur et qui ma nagure taraud lesprit et agac surtout depuis que jai lu la traduction de Mustapha El Kasri qui lui ne jurait que par ! Votre question est pertinente et inhrente linterprtation mme des Fleurs du Mal ! La souffrance est aussi prsente que le pch dans Les Fleurs du Mal ! Les deux traductions sont, de ce fait, justes ! Jai, toutefois pench pour :

Cette traduction me semble plus approprie, tant donn, que lon ne saurait limiter les fleurs du mal une complainte de la souffrance ! Baudelaire manichen, a trs longtemps tergivers entre le Bien et le Mal ! La souffrance existe certes ! Mais lon ne saurait sy limiter ! Cest une question qui reste toutefois ouverte selon la lecture personnelle de chacun de luvre de Baudelaire ainsi que de sa vie, indissociable de son inspiration !